Jacques
Eyser

425e sociétaire

Entré à la Comédie-Française en 1946 ; sociétaire en 1954 ; retraité en 1978 ; doyen de 1975 à 1978 ; sociétaire honoraire en 1979.

Élève de Léon Bernard et de Denis d'Inès, il sort du Conservatoire en 1933 avec un second prix de Comédie et un premier prix de Tragédie. Engagé à l'Odéon, il y joue tout : « Pyrrhus, Nicomède, le jeune Horace, les pères nobles, les comiques, les premiers rôles, les derniers », dit-il lui-même.
Lorsque l'Odéon devient, en 1946, la seconde salle de la Comédie-Française, il entre dans la troupe, où il reprend les rôles classiques de pères nobles, manteaux et raisonneurs (Don Gormas, Don Diègue et le Roi, Le Cid ; Mathan et Joad, Athalie ; Orgon, Tartuffe ; Ariste, Les Femmes savantes...). Il est à l'aise, avec sa haute taille et sa voix tonnante, dans les personnages du drame, qu'il joue à la Salle Luxembourg : Jean Valjean (Les Misérables adaptés par Paul Achard) ou Monsoreau (La Dame de Monsoreau de Dumas et Maquet) et dans les rôles marqués (Claudio, Les Caprices de Marianne ; Bazile, Le Mariage de Figaro ; Tirésias, Les Bacchantes d'Euripide).

Il incarne avec autorité les personnages marqués, dans un très grand nombre de pièces, d'auteurs les plus divers, de Shakespeare à Ionesco en passant par Marivaux, Musset, Montherlant, Dostoïevski, Schéhadé, Pirandello, Strindberg, Anouilh et Billetdoux. Il campe les caricatures tonitruantes du Maître d'armes (Le Bourgeois gentilhomme) et de Carbon de Castel-Jaloux (Cyrano de Bergerac) et excelle dans les ganaches de Labiche (Théodore Garambois, La Station Champbaudet) et le Marquis (Doit-on le dire ?). Parmi ses rôles les plus récents, le vieillard raisonneur de la Trilogie de la villégiature, Fulgenzio et le personnage haut en couleur de Sire Toby Rotepanse dans La Nuit des Rois.

Doyen de la Comédie-Française après la mort de Jacques Charon, il est nommé sociétaire honoraire à sa retraite, en 1978, et joue encore, outre la Trilogie de la Villégiature, le rôle de l'égoutier dans La Folle de Chaillot de Giraudoux. Il a fait quelques mises en scène, dont celle de La Dame de Monsoreau à la Salle Luxembourg et Rodogune de Pierre Corneille.
Il a aussi fait beaucoup de cinéma.

À la Comédie-Française

1980-1981

1979-1980

1978-1979

  • Ruy Blas

    de Victor Hugo Mise en scène Jacques Destoop

    Don Guritan

    Richelieu

  • La Trilogie de la Villégiature

    de Carlo Goldoni Mise en scène Giorgio Strehler

    Fulgenzio

    Odéon

  • Doit-on le dire ?

    d'Eugène Labiche et Alfred Duru Mise en scène Jean-Laurent Cochet

    Le Marquis

    Richelieu

1977-1978

1976-1977

  • Les Bacchantes

    d'Euripide Mise en scène Michel Cacoyannis

    Tirésias

    Odéon

  • Le Cid

    de Pierre Corneille Mise en scène Terry Hands

    Don Gormas

    Richelieu

  • Le Malade Imaginaire

    de Molière Mise en scène Jean-Laurent Cochet

    Monsieur Diafoirus

    Richelieu

  • Lorenzaccio

    d'Alfred de Musset Mise en scène Franco Zeffirelli

    Palla Rucellai

    Richelieu

  • Nouveauté

    Lunettes de surtitrage disponibles à la Salle Richelieu

  • Découvrez

    La boutique

VIGIPIRATE

En raison du renforcement des mesures de sécurité dans le cadre du plan Vigipirate « Sécurité renforcée - risque attentat », nous vous demandons de vous présenter 30 minutes avant le début de la représentation afin de faciliter le contrôle.

Nous vous rappelons également qu’un seul sac (de type sac à main, petit sac à dos) par personne est admis dans l’enceinte des trois théâtres de la Comédie-Française. Tout spectateur se présentant muni d’autres sacs (sac de courses, bagage) ou objets encombrants, se verra interdire l’entrée des bâtiments.

logo-vigipiratejanv24