Denise
Gence

429e sociétaire

Entrée à la Comédie-Française en 1946 ; sociétaire en 1958.

En 1943, en pleine occupation de la capitale, une jeune fille de 19 ans, aux yeux immenses et plein de rêveries, passionnée par la peinture, inscrite à l'École des Arts décoratifs, passe le concours d'entrée du conservatoire de Paris.
L'illustre et terrible Béatrix Dussane l'accepte dans sa classe. Trois ans plus tard, la France est libérée et la jeune fille tient entre ses mains son premier prix de comédie classique obtenu pour le rôle de Frosine dans L'Avare. La Comédie-Française engage immédiatement Denise Gence.

À une époque où la notion d'emploi règne sur les interprètes et conditionne leur carrière, son contrat de pensionnaire stipule qu'elle est engagée pour des « rôles de composition ». Il n'y aura pour elle ni de tragiques destins d'héroïnes antiques, ni les sanglots des jeunes premières, ni d'amours romantiques. Ses vingt ans à peine révolus, elle endosse les habits des vieilles acariâtres, des douairières inhumaines, des pauvres folles privées d'amour. Il y a chez la jeune Denise un don exceptionnel pour la métamorphose qui lui permet de plier sa jeunesse sous toutes les formes de l'âge, de la déraison ou du ridicule. Ses vingt ans se fondent dans cette humanité souvent gaussée et lui donnent une sensibilité et une présence en scène inattendues. Sous la direction des grands sociétaires, Jean Meyer, Jean Debucourt, metteurs en scène des productions phares de l'après-guerre, elle est dès 1947 Bélise des Femmes savantes, Marceline dans Le Mariage de Figaro, Madame Lepic dans Poil de Carotte.

À 25 ans, elle est duègne chez Victor Hugo et chez Rostand. Les années 50 la voient chez Labiche, Meilhac et Halévy, Flers et Caillavet, Courteline ou Feydeau, Édouard Bourdet. Parallèlement, elle est présente dans les créations de Montherlant, elle interprète Pirandello sous la direction de Charles Dullin, Shakespeare sous celle de Julien Bertheau. C'est avec évidence qu'elle est consacrée par la Maison de Molière et devient sa 429e sociétaire en 1958.
La comédienne sans emploi précis est devenue une jeune sociétaire distribuée dans tous les répertoires : on la voit chez Molière, chez Racine, chez Marivaux, chez Giraudoux, chez Audiberti, chez Anouilh. La décennie des années soixante-dix est celle de la consécration. Jean-Paul Roussillon, sociétaire et metteur en scène, lui propose dans L'Avare des retrouvailles avec Frosine, dont elle a enfin l'âge, trente ans après sa sortie du conservatoire.

Denise Gence sera dirigée de nouveau par Roussillon dans Sophocle, Regnard et Billetdoux avant d'être sous sa direction, en 1981, l'une des plus extraordinaires interprètes de Feydeau dans le rôle de Madame Petypon pour La Dame de chez Maxim. Deux ans auparavant, à l'Odéon, en 1979, Giorgio Strehler lui a offert le rôle de Sabina dans La Trilogie de la villégiature où le public lui réserve chaque soir de ces représentations historiques un véritable triomphe. Enfin, Jean-Pierre Vincent, devenu administrateur général, confie à Denise Gence en 1983 l'un des paris les plus risqués de sa carrière, la création de Félicité, rôle titre de la pièce de Jean Audureau. En 1986, après 40 ans de carrière, 125 rôles et des milliers de représentations, Denise Gence quitte la Comédie-Française. Sociétaire honoraire, elle retrouvera Pierre Dux au Théâtre national de la Colline pour Les Chaises de Ionesco signées par un autre sociétaire, Jean-Luc Boutté. À partir de 1990, elle semble ne plus quitter le festival d'Avignon dont elle devient une des figures majeures, jusqu'à être présente six fois dans la cour d'honneur du palais des papes, la dernière en 1997, sous la direction d'Olivier Py dans Le Visage d'Orphée.
Sa carrière fastueuse, Denise Gence la doit sans doute à cet art avec lequel elle a su aborder les contrées dramatiques les plus étrangères à ce qu'elle était, à l'intense poésie dont elle a habité tous ses rôles.

Ainsi déclarait-elle : « tous les personnages que j'ai interprétés, je les ai cherchés comme opère un plongeur en apnée. Il file par le fond, puis trouve son étoile de mer et revient à la surface avec son trésor. Au fond, nous sommes dans ce que j'appellerai le bleu du réel, et soudain, nous allons vers où nous regardons autrement le monde et les autres. »

À la Comédie-Française

1999-2000

1985-1986

1984-1985

  • Félicité

    de Jean Audureau Mise en scène Jean-Pierre Vincent

    Félicité

    Richelieu

  • Rue de la Folie Courteline

    de Georges Courteline Mise en scène Patrice Caurier et Moshe Leiser

    La Baronne, la Femme, Eponine, une Vierge

    Richelieu

  • Les Corbeaux

    de Henry Becque Mise en scène Jean-Pierre Vincent

    Madame Vigneron

    Richelieu

1983-1984

  • Rue de la Folie Courteline

    de Georges Courteline Mise en scène Patrice Caurier et Moshe Leiser

    La Secrétaire, la Femme, Madame Floche, Eponine, Vierge, Madame Couique

    Richelieu

  • Félicité

    de Jean Audureau Mise en scène Jean-Pierre Vincent

    Félicité

    Richelieu

1982-1983

  • Les Femmes savantes

    de Molière Mise en scène Jean-Paul Roussillon

    Bélise

    Richelieu

  • Amphitryon

    de Molière Mise en scène Philippe Adrien

    La Nuit

    Richelieu

  • Triptyque

    de Max Frisch Mise en scène Roger Blin

    La Veuve

    Odéon

  • Comptine

    d'Yves Lebeau Mise en scène Jean-Luc Boutté

    La Mère

    Odéon

  • Les Corbeaux

    de Henry Becque Mise en scène Jean-Pierre Vincent

    Madame Vigneron

    Richelieu

1981-1982

  • Les Corbeaux

    de Henry Becque Mise en scène Jean-Pierre Vincent

    Madame Vigneron

    Richelieu

  • Les Femmes savantes

    de Molière Mise en scène Jean-Paul Roussillon

    Bélise

    Richelieu

  • La Dame de chez Maxim

    de Georges Feydeau Mise en scène Jean-Paul Roussillon

    Madame Petypon

    Richelieu

1980-1981

  • Tartuffe

    de Molière Mise en scène Jean-Paul Roussillon

    Madame Pernelle

    Richelieu

1979-1980

1978-1979

1977-1978

1976-1977

  • Les Fausses Confidences

    de Marivaux Mise en scène Michel Etcheverry

    Madame Argante

    Richelieu

  • Le Mariage de Figaro

    de Beaumarchais Mise en scène Jacques Rosner

    Marceline

    Richelieu

  • Le Cid

    de Pierre Corneille Mise en scène Terry Hands

    Léonor

    Richelieu

Bienvenue

Important

Nous vous rappelons que vos téléphones portables doivent être éteints pendant toute la durée des représentations. Merci.

Cookies

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez notre politique de protection des données personnelles et notre politique de gestion des cookies ainsi que le dépôt de cookies et technologies similaires, destinés à (1) assurer le bon fonctionnement du site (authentification, suivi de panier de commande), (2) vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêts en fonction de votre navigation sur notre site et (3) réaliser des statistiques pour optimiser votre navigation sur le site. Vous avez la possibilité d'en apprendre plus sur le paramétrage de vos cookies en suivant ce lien, ou vous pouvez accepter les cookies en fermant cette fenêtre.

Vigipirate

Suite au renforcement du plan Vigipirate, toute personne se présentant avec une valise ou un sac (hors sac à main) se verra interdire l'accès à l'enceinte des trois théâtres de la Comédie-Française.
Pour faciliter les contrôles, merci d'arriver au minimum 30 minutes avant le début des représentations.