Jean-Baptiste Raisin
dit RAISIN CADET

24e sociétaire

Entré dans la Troupe du Roi en 1679 ; sociétaire en 1680.
Grimarest, biographe de Molière, raconte à son propos une anecdote que d'autres ont reprise après lui : le père Raisin exhibait dans les foires une épinette à trois claviers, dont les deux premiers étaient actionnés par deux de ses filles et le troisième jouait seul. Le roi, intrigué, fit venir les Raisin à la cour et fit ouvrir l'instrument miraculeux : le jeune Jean-Baptiste, âgé de cinq ans, sortit alors de la cachette d'où il jouait du troisième clavier, et fut couvert de caresses par les dames de la cour.
Jean-Baptiste Raisin, que l'on appela aussi «le petit Molière », comédien de campagne puis du prince de Condé, après avoir été «petit comédien du Dauphin », entre en 1679 à l'Hôtel de Bourgogne en compagnie de Françoise Pitel de Longchamp qu'il épouse la même année. Tous deux font partie de la troupe réunie en 1680. Petit, mais bien proportionné, avec un visage expressif, il excelle dans tous les emplois de la comédie, notamment dans les rôles à manteau, les valets, les petits-maîtres et les ivrognes. A la mort de Rosimond, en 1686, il lui succède dans les rôles de Molière, avec un succès jamais démenti.
Son esprit et sa gaieté le font estimer aussi bien à la Cour et dans le monde que sur la scène où il crée les comédies de son ami Baron (L'Homme à bonnes fortunes et La Coquette) de Brueys et Palaprat, avec qui il collabore (Le Grondeur, Le Muet), de Dancourt, et de Boursault, dont il incarne l'Esope (Esope à la ville).
Il meurt d'une congestion après un bain pris à la suite d'un repas trop copieux, non sans avoir renoncé chrétiennement au théâtre.