Pierre François
Beauvallet

251e sociétaire

Entré à la Comédie-Française en 1830 ; sociétaire en 1832 ; retraité en 1861.

Avant d'être acteur, Beauvallet fut peintre et élève de Paul Delaroche. Protégé par Saint-Prix, il entre au Conservatoire où il remporte un second prix, et se produit autour de Paris, ce qui lui vaut le surnom de « Talma de la banlieue ». Son talent correspond à son époque, tempérament puissant, furia romantique, violence du geste et de la voix. A l'Odéon, il crée, entre 1825 et 1828, des tragédies décadentes, et passe à l'Ambigu où règne le mélodrame. Il débute en 1830 à la Comédie-Française dans les grands rôles shakespeariens (Hamlet, Othello et Macbeth), et parvient à s'imposer aussi bien dans la tragédie classique (Polyeucte, Athalie, etc.) que dans le drame romantique (Le roi s’amuse, Angelo, Hemani, repris après Firmin, et Les Burgraves où il crée le rôle du Duc Job). Partenaire habituel de Rachel, malgré leur antipathie réciproque, il lutte avec la tragédienne pour obtenir la faveur du public. Auteur de drames, dont plusieurs furent joués à la Comédie-Française, il fut, de 1839 à 1872, professeur au Conservatoire où il forma Worms, Delphine Fix, etc. II avait épousé la sœur de Charles Desnoyer, auteur dramatique et régisseur de la Comédie-Française. Deux de leurs fils montèrent sur les planches.