Marie-Anne
de Lachassaigne

161e sociétaire

Comédie-Française en 1765 ; sociétaire en 1769 ; retraitée en 1804.

Nièce et filleule de Mademoiselle de La Motte, elle débute en 1765 dans Phèdre, briguant la succession de Mademoiselle Clairon qui vient de se retirer, sous le nom de « Sainval ». Ses premiers débuts ne semblent pas très concluants ; elle continue dans Les Bourgeoises de qualité de Dancourt, abandonne le nom de Sainval, pour ne pas être confondue avec Mademoiselle Saint-Val aînée, et est reçue pour jouer « les premières et secondes amoureuses en double et les premières et secondes confidentes ». C'est elle qui a l'idée de couronner en scène le buste de Voltaire, lors de la mémorable représentation d'Irène, le 30 mars 1778.
En 1780, Marie-Anne de Lachassaigne succède à Madame Drouin dans les rôles « de caractère » et y fait preuve d'un grand sens du grime et d'un comique plein de finesse. Elle joue Madame Turcaret (Turcaret, Lesage), Madame Argante (Les Fausses confidences, Marivaux), Madame Abraham (L’École des bourgeois, d'Allainval), Madame Grognac (Le Distrait, Regnard) et crée, en 1784, le rôle de Marceline dans Le Mariage de Figaro de Beaumarchais, comme elle crée Madame de Plinville dans L'Optimiste de Collin d'Harleville et Madame Franval du Conteur de Picard.

Arrêtée en septembre 1793, elle est relâchée au début de 1794, joue au théâtre Feydeau et se retrouve en 1799 dans la troupe reconstituée Salle Richelieu.
Elle se retire en 1803, se consacre à des œuvres pieuses, et meurt en 1820, ayant à demi perdu la raison.