Dorothée Dorinville
dite MLLE LUZY

153e sociétaire

Entrée à la Comédie-Française en 1763 ; sociétaire en 1764 ; retraitée en 1781.

Fille d'artistes, elle débute à dix ans comme élève danseuse à l'Opéra-comique, qu'elle quitte en 1762, lorsqu'il fusionne avec la Comédie Italienne. Elle se produit à Rouen, prend les leçons de Préville et débute à la Comédie-Française en 1763, dans les rôles de Dorine (Tartuffe) et de Lisette (Les Folies amoureuses, Regnard). Sociétaire en 1764, pour succéder à Mademoiselle Dangeville dans l'emploi des soubrettes, elle interprète Molière, Regnard et Marivaux, et crée plus de vingt rôles dans les comédies de Destouches, Collé, Dorat, La Harpe, Imbert, etc.
Bien que jugée sévèrement par Mademoiselle Clairon, qui lui trouve plus de grâce que de talent, Mademoiselle Luzy plaît au public, car elle sait aussi chanter et danser. Elle accepte même de jouer le rôle tragique d'Aménaïde dans le Tancrède de Voltaire. Comme ses contemporains, Mesdemoiselles Clairon et Le Kain, elle s'intéresse au costume de scène et adopte, pour les rôles de paysannes qui lui sont dévolus (comme Colette dans Les Trois Cousines de Dancourt), un costume plus réaliste que celui que portaient avant elle les actrices chargées de cet emploi.

Esprit indépendant, elle refuse de se plier à la censure qui touche son rôle dans une comédie d'Imbert, ce qui lui vaut une incarcération au For-I'Évêque en 1771.
Elle quitte la Comédie en 1781, durement éprouvée par la mort d'une fille et, touchée par la maladie, se retire un an au couvent. Ayant recouvré la santé, elle se mariera par deux fois et terminera sa vie à 83 ans, consacrant ses dernières années à des œuvres pieuses.