L'Opéra de quat'sous

de Bertolt Brecht, musique de Kurt Weill
Mise en scène Laurent Pelly

Richelieu

2 avril 19 juillet 2011

Richelieu

L'Opéra de quat'sous

2011-04-02 00:00:00 2011-07-19 00:00:00

Mendiants, voleurs, putains... plongée haute en couleurs dans les bas-fonds de Soho vers 1900, où brigands et bourgeois s’exploitent, rêvent et s’encanaillent. Peachum, qui fait de la pauvreté son fonds de commerce, s’enrichit sur le dos de faux mendiants s’évertuant à éveiller la compassion des passants.

Ces rues sont aussi le domaine de Mackie le Surineur, petit truand aux compétences multiples. Parce qu’il n’est ni charmant ni galant, il séduit, au grand dam de ses parents, Polly Peachum. Les épousailles de pacotille sont organisées à la hâte par la bande de Mackie dans une écurie. Mais le bonheur de la belle ne durera pas, son prince étant livré à Tiger-Brown, chef de la police et meilleur ami de Mackie, par la jalouse Jenny-des-Lupanars.


Bertolt Brecht, l'auteur
En 1928, il connaît la gloire grâce àL’Opéra de quat’sous, d’abord intitulé La Canaille et adapté de L’Opéra des gueux de John Gay (1728) dont il conserve la violence satirique envers la société capitaliste. Avec Homme pour homme (1927), cet opéra, genre nouveau de théâtre musical contre la « totale crétinisation de l’opéra », composé par Kurt Weill – qui puise dans l’opérette, le jazz, les chansons de cabaret –, est l’un des premiers jalons du « théâtre épique » théorisé plus tard par Brecht. Son esthétique de la distanciation en rupture avec le théâtre illusionniste va bientôt rayonner sur les scènes occidentales. L’Opéra de quat’sous triomphe, le cinéma s’en empare dès 1931. En exil à partir de 1933, Brecht écrit le Roman de quat’sous (1934). Au terme d’une dizaine d’années fécondes mais errantes à travers l’Europe et les États-Unis, il fonde en RDA le Berliner Ensemble en 1949. Il meurt en 1956, quelques mois après avoir assisté à la reprise de L’Opéra de quat’sous monté par Strehler au Piccolo Teatro de Milan.

Laurent Pelly, le metteur en scène
Il fonde la compagnie théâtrale du Pélican en 1980. Après le Centre dramatique national des Alpes (1997), il codirige, depuis 2008 et avec Agathe Mélinand, le Théâtre national de Toulouse où il met en scène en 2010 Mille francs de récompense de Victor Hugo. Parmi la cinquantaine de pièces qu’il a montées en vingt ans, l’art lyrique, représenté notamment par Verdi, Debussy, Offenbach, rivalise avec un vaste répertoire théâtral : Shakespeare, Strindberg, Copi ou Levin avec Funérailles d’hiver joué au Théâtre du Rond-Point (fin 2010). L’Opéra de quat’sous concilie toutes les facettes de ce passionné de théâtre formé d’abord à la musique, qui conçoit la mise en scène comme une partition, idéalement rythmée par l’alternance du tragique et du burlesque. Un goût de la rupture prometteur pour une œuvre brechtienne novatrice.

Axé sur la traduction par Elisabeth Hauptmann de l'Opéra des gueux de John Gay.

Avec le soutien de la Société Générale Private Banking, de la Fondation Jacques Toja pour le Théâtre et de la Fondation Orange

Équipe Artistique

Sous la direction de Bruno Fontaine

Mathieu Adam : trombone
Jean-Philippe Audin : violoncelle
Osvaldo Calo : piano
Lester Alexis Chio-Alonso : clarinette
Daniel Ciampolini : percussions
Yannick Deborne : guitare-banjo
Hélène Dusserre : flûte
Marie Gondot-Abdoun : basson
Daniel Gremelle : saxophone alto
Olivier Innocenti : bandonéon
Marthe Moinet-Audin : contrebasse
Georges Porte : saxophone ténor clarinette
Mathieu Reinert : trompette

Traduction : Jean-Claude Hémery
Mise en scène et costumes : Laurent Pelly
Direction musicale : Bruno Fontaine
Collaborateur artistique du directeur musical : Vincent Leterme
Collaborateur artistique : Michel Bataillon
Assistant à la mise en scène : Emmanuel Dekoninck
Collaboration aux costumes : Jean-Jacques Delmotte
Scénographie : Chantal Thomas
assistée de : Natacha le Guen de Kerneizon
Lumières : Joël Adam
Bande son : Aline Loustalot
Maquillages : Suzanne Pisteur

Distribution

La troupe

L'académie de la Comédie-Française

et les élèves-comédiens de la Comédie-Française
Armelle Abibou : Fille du bordel
Marion Lambert, Ariane Pawin : Filles du bordel, Mendiantes
Antoine Formica, Samuel Martin : Flics, Mendiants
François Praud : Eddy, Flic, Mendiant

et
Florence Pelly, Angélique Rivoux, Mélody Marie-Calixte : Filles du bordel

Accessibilité
Ce spectacle est accessible aux personnes sourdes et malentendantes
10/05/2011 - 20:30
13/05/2011 - 20:30
17/05/2011 - 20:30
19/06/2011 - 14:00
21/06/2011 - 20:30

Ce spectacle est accessible aux personnes aveugles et malvoyantes
19/04/2011 - 20:30
28/04/2011 - 20:30
28/05/2011 - 14:00
31/05/2011 - 20:30
28/06/2011 - 20:30
01/07/2011 - 20:30

Bienvenue

Les journées du Patrimoine

Les visites-conférences pour les journées du Patrimoine, les 21 et 22 septembre 2019, sont d'ores et déjà complètes.

Nous vous invitons à consulter notre page Visiter pour réserver une visite-conférence guidée pour les particuliers, tous les week-end à 11h.

Important

Nous vous rappelons que vos téléphones portables doivent être éteints pendant toute la durée des représentations. Merci.

Cookies

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez notre politique de protection des données personnelles et notre politique de gestion des cookies ainsi que le dépôt de cookies et technologies similaires, destinés à (1) assurer le bon fonctionnement du site (authentification, suivi de panier de commande), (2) vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêts en fonction de votre navigation sur notre site et (3) réaliser des statistiques pour optimiser votre navigation sur le site. Vous avez la possibilité d'en apprendre plus sur le paramétrage de vos cookies en suivant ce lien, ou vous pouvez accepter les cookies en fermant cette fenêtre.

Vigipirate

Suite au renforcement du plan Vigipirate, toute personne se présentant avec une valise ou un sac (hors sac à main) se verra interdire l'accès à l'enceinte des trois théâtres de la Comédie-Française.
Pour faciliter les contrôles, merci d'arriver au minimum 30 minutes avant le début des représentations.